L’hôpital de Khandbari

Khandbari se situe dans le district du Sankhuwasabha sur la route du Makalu dans l’Himalaya.

Depuis plus de dix ans, la famille Wouters-Schrijvers et Forum Nepal de la campine anversoise essaient d’aider l’hôpital de Khandbari. Shanti, la fille adoptive du couple Wouters-Schrijvers, avait jadis visité Khandbari et en avait parlé longtemps à la maison. Cela avait incité les parents à visiter à leur tour ce village de montagne. Maintenant ils y parrainent financièrement deux enfants. En plus de l’habillement, la nourriture et le logement, ils attachent énormément d’importance à l’éducation et aux soins de santé.

Khandbari

Nous cédons volontiers la parole à Marian Schrijvers :

« Lors de notre première visite à l’hôpital local, nous avions constaté qu’il se trouvait dans un état lamentable. Ensemble, mon mari José, moi-même et nos amis du Forum Nepal décidions de récolter de l’argent pour pouvoir aider cet hôpital en détresse.
Nous organisions régulièrement diverses activités dans la province d’Anvers en attirant explicitement l’attention sur notre projet à Khandbari. L’hôpital de Khandbari est le centre hospitalier dont dépendent plus de 30 postes de soins de santé des environs. Le plus souvent, ces postes ne sont qu’accessibles par des sentiers de montagne. La région isolée de Khandbhari connaît régulièrement des cas de typhus, de diarrhées et d’autres maladies.
Dans la plupart des villages, l’eau est puisée dans les ruisseaux et les rivières, d’où toutes sortes d’infections. Parfois cela va jusqu’aux épidémies, comme en 2012-2013, quand l’hôpital était submergé par le nombre de malades.

L’accompagnement des accouchements avec ou sans complications, ne se fait pas de façon optimale. L’hôpital régional voudrait envoyer certaines patientes vers un centre spécialisé mais vu l’urgence cela n’est pas toujours faisable. On aimerait que ce dilemme appartienne au passé.
L’hôpital aimerait pouvoir poser tous les actes médicaux nécessaires pour les patients de la ville et des alentours, surtout lors des accouchements. Mais pour cela il faudrait mieux équiper la salle d’accouchement. Ainsi l’hôpital pourrait jouer pleinement son rôle en tant que centre de santé. Ce serait un gain de temps et de qualité pour tous.

Le chirurgien, connaisseur du Népal et administrateur de Bikas, le Dr Maurits Vreugde a pris contact à plusieurs reprises avec la direction médicale de l’hôpital de Khandbari. Avec eux il a défini le matériel pouvant améliorer les soins. Le souhait prioritaire était de pouvoir disposer d’une installation électrique autonome pour
es appareils médicaux, surtout dans la salle d’accouchement.

Une liste de matériel fut dressée. Le coût de ce projet s’élève à 19500 €. La province d’Anvers y a contribué à hauteur de 6825 Euro. Les activités qui ont été organisées et les sommes reçues d’organismes, d’écoles, de communes, d’institutions et des groupes de travail locaux de Wijnegem, Gierle, Mol et Geel s’élèvent à environ 13000 Euro. Nous avons organisé des séances de films, des expositions de photos, des cours de cuisine, des festivals, des journées népalaises à thème, des randonnées … Les conseils d’aide au développement de Wijnegem et de Mol nous ont aidés financièrement. Et n’oublions surtout pas BIKAS qui nous assiste et nous soutient financièrement.

Aujourd’hui les frais d’entretien sont couverts par les quotesparts des patients, le Village Development Committee (VDC) et les autorités au nom de e.a. le Kahandbari District Health Office. La communauté locale a établi une liste d’obligations contractuelles pour l’entretien et l’approvisionnement en combustible de la génératrice et pour le matériel médical.

« Our hearts beat with the same blood », dixit Jane Goodall.

Vous pouvez soutenir notre projet en virant votre don au compte de Bikas BE32 2200 7878 0002 avec la mention « Hôpital Khandbari ».

Les gens de Khandbari et environs, la famille Wouters-Schrijvers et Forum Nepal vous remercient de tout cœur, dhanyabad …

Marian Schrijvers, responsable du projet Hôpital de Khandbari.