Des nouvelles du PARAMENDO Eco Farm

Novembre 2020

Début octobre, j’ai reçu des nouvelles d’Angnima Tamang. Après sept mois de confinement à Katmandou, il était enfin de retour à Barkhu au domaine Paramendo, sa ferme écologique.
Ses enfants étudient à Katmandou et Angnima leur rend visite régulièrement dans la capitale pour leur remonter le moral. Mais à cause de la crise du corona, il fut obligé de rester sur place des mois durant. Ses enfants y reçoivent entretemps des cours online et peuvent s’estimer heureux d’avoir encore cette possibilité.

Pendant qu’il séjournait à Katmandou, ses parents se sont occupés, vaille que vaille, de la ferme. Pas évident pour le père, allergique aux piqûres d’abeilles. Deux colonies d’abeilles avaient quitté leur ruche et il n’y avait donc personne pour procéder au nettoyage. Pour passer le temps utilement, Angnima profitait dans la capitale de la connexion à l’internet pour en apprendre davantage sur les abeilles asiatiques et européennes.

Son fils Thilay s’est découvert entretemps une passion pour l’apiculture et voudrait faire plus tard des vidéos sur le rôle des abeilles de Paramendo. Il voudrait également partager avec d’autres sa connaissance de l’agriculture écologique.

Lors de son retour dans la région du Langtang, Angnima a pu constater que beaucoup de choses avaient changé pendant cette période du corona, aussi à Barkhu. Comme il y a un plus grand intérêt pour l’agriculture, beaucoup de gens ont fait enregistrer leur ferme. Plusieurs possèdent maintenant des buffles et des porcs. Il y en a même qui ont planté un nombre important de noyers. Angnima a même fait l’acquisition de poules et de dindes. Il a également introduit une demande aux autorités pour créer une exploitation fruitière. La demande a déjà été accordée. Cela lui permet de se lancer dans l’arboriculture et de vendre plus tard de jeunes arbres fruitiers aux visiteurs de la ferme. Dans le passé, cela posait des problèmes car les visiteurs devaient passer un poste de contrôle avant de quitter le parc national du Langtang. « Difficile de prévoir ce que la nature nous réserve » nous confie Angnima, « espérons que l’année prochaine sera meilleure et qu’elle sera moins amère que celle que nous venons de vivre ».

Irene Van Driessche, membre du Conseil d’Administration de Bikas



Février 2018

Au mois de décembre, notre présidente Betty Moureaux a rendu visite à la ferme d’Angnima Tamang à Bharku dans le Rasuwa district. Angnima n’était pas sur place, il faisait des achats à Kathmandu pour la reconstruction de Paramendo. Il a acheté des essaims d’abeilles pour repeupler ses ruches. Hélas, les abeilles sont toutes mortes. Il semble donc que les abeilles domestiques ne s’acclimatent pas dans un environnement montagneux.

Angnima en a tiré ses conclusions et se concentre maintenant sur les variétés locales. En poussant les recherches, il semblerait que les abeilles de Kathmandu aient été chassées par les abeilles locales. Celles-ci se portent bien et produisent suffisamment de miel.

Les cerisiers ont bien fleuri et la récolte de cerises a été abondante. Les jeunes arbres aussi se développent bien. Angnima achètera une tondeuse à essence afin de faciliter l’entretien des terres et du verger, pour lui et ses aides.

Angnima avait été invité à un congrès agricole en Chine. Il a eu lieu du 18 au 23 mai à Chengdu. Il y avait 350 participants venant de plus de 20 pays. Angnima a reçu 20 minutes de temps de parole pour y présenter sa ferme écologique Paramendo et sa collaboration avec Bikas.

A la ferme, il reste énormément à faire, aussi bien sur les champs qu’à la maison. Celle-ci a beaucoup souffert du tremblement de terre.
Loger les étudiants et d’autres intéressés dans une tente n’est pas idéal.

Si vous voulez donner un coup de pouce financier à Paramendo Eco Farm, virez votre quote-part au BE32 2200 7878 0002 de BiKAS asbl avec la mention « Paramendo ».


[ Publié précédemment ]


Paramendo - Jan. 2017