D’école à école - Le jeu du serpent

Voici comment cela a commencé…
En 2008, l’école secondaire Saint Vincent de Paul, à Gijzegem, avait choisi ‘Sans frontières’ comme thème de l’année scolaire.
Nous avons invité beaucoup de gens, y compris Teeka Bhattarai, agent de développement du Népal qui à l'époque faisait des études de Maître en Pédagogie à l'Université de Louvain.
Teeka, ayant une longue expérience dans des projets d'agriculture écologique, est convaincu que des changements durables ne peuvent être atteints que grâce à l'éducation.
Ensemble, nous avons organisé une exposition pour les élèves et leurs parents, et de nombreuses lectures pour les étudiants.
Cela marquait le début de nombreuses années de coopération entre l'école de Gijzegem (avec le soutien du directeur, Mme Hilde Van Den Bossche, depuis le début) et des initiatives d'éducation au Népal.

La même année, les élèves de 6ième des Sciences Humaines, des Sciences Sociales Appliquées et des Sciences-Mathématiques ont réalisé un premier échange avec le Népal: nous nous sommes présentés nous-mêmes ainsi que notre école à travers des textes, des vidéos et des photos et nous avons enregistré des chansons pour enfants, en anglais.
Une classe a voulu concevoir un jeu, et ainsi, un jeu de l’oie a été réalisé: le jeu du serpent.
Le principe est simple: un jeu dans des tissus colorés, un dé, des perles en bois de différentes formes et couleurs comme des pions. Quand les enfants arrivent aux numéros impairs, ils reçoivent une commande de mouvement: ils doivent frapper dans les mains, taper des pieds, saluer au revoir… Surtout la commande « Marche comme un éléphant » est populaire... Sur les numéros pairs, les enfants doivent résoudre une question. Les questions peuvent avoir n’importe quel sujet, elles peuvent rejoindre les cours qui sont enseignés dans les écoles népalaises: anglais, études sociales, népalais, science ... A cause de l’introduction de mouvements, le jeu reste passionnant pour les enfants. Cela permet à l'enseignant de répéter les cours d'une manière agréable ...
La conception du jeu du serpent subira de nombreux changements: nous avons réduit le nombre de cases jusqu’à 30, et recherché des variantes - cette année le ‘serpent’ est une chenille amicale inspirée du livre pour enfants de Eric Carle ‘The Very Hungry Caterpillar’.

Le jeu du serpent a été suivi de nombreux autres jeux éducatifs tels que les cartes à sujets, les jeux de mémoire, les marionnettes à doigt, les jeux de l'alphabet ... Chaque année cinq classes de la 6ième année réalisaient un ‘kit pédagogique’, avec soutien éducatif, d'abord en anglais puis traduit en népalais par les membres de CEPP.
Les élèves s’informaient sur le Népal, dans la perspective de la réalisation des OMD, et en particulier l'éducation (de base). Ils ont d'abord écrit un essai, ‘Une journée dans la vie de ...’ dans lequel ils devaient décrire une journée dans la vie d'un enfant népalais, un moine, une vieille femme ... sur la base de travaux de recherche sur l'Internet et dans les livres.
Ensuite, les élèves ont conçu et fabriqué des jeux centrés sur l'enfant, durables, respectueux de l'environnement, d’inspiration culturelle ‘neutre’, à savoir des jeux non-occidentaux, pas chers, servant de source d'inspiration. Les étudiants de Gijzegem font toujours des jeux éducatifs, depuis 2008 ... et de cette façon sont conscients des questions d'éducation dans le monde ...

Le matériel de jeu n’est pas important en soi. Ce qui est important est le principe de ‘l’éducation centrée sur l’enfant’, illustré par ces jeux.
Dans nos efforts d'éducation, nous trouvons qu'il est essentiel que l'enfant soit au centre, et non l’école, l'enseignant, ou les examens. Ce n'est pas évident dans les écoles publiques de la campagne népalaise, parce que l'éducation y est souvent réduite à ‘répéter ce que dit l'enseignant’ et ‘copier le manuel’. Les enseignants népalais ont souvent reçu peu de formation pédagogique, mais leur enthousiasme et leur engagement à améliorer la qualité de l'éducation peuvent faire la différence pour le bien-être des enfants et pour leurs perspectives d'avenir.

Nous ne savions pas à quel point le ‘jeu du serpent’ allait devenir populaire.
CEPP utilise le jeu non seulement à l'école primaire, mais aussi dans des activités de formation pour les enseignants, les comités de gestion scolaire, la formation pour les jeunes parents.
Dans ces cas, les questions ne sont pas sur des sujets scolaires, mais sur l'organisation de l'école, sur le droit à l'éducation ou sur la santé et l'éducation des jeunes enfants.
Nous-mêmes utilisons 'le jeu de serpent "comme une source d'inspiration pendant nos formations pour enseignants.

Cette année, du 19 octobre au 12 décembre, nous ferons équipe avec CEPP pour donner plusieurs sessions intensives de formation aux enseignants. Nous sommes des professeurs d'anglais avec une expérience dans l'éducation et la formation des professeurs du Népal (depuis 1985). Nous allons nous inspirer les uns des autres, nous voulons encourager les enseignants à explorer leur propre potentiel et à réaliser leurs propres idées. Nous travaillerons ensemble dans la région de Sindhuli-Makwanpur-Rautahat (au sud de Kathmandu et à l'est de Hetauda) et pour la première fois aussi dans Dolakha District, qui est fortement affecté par les tremblements de terre. Les formations sont très pratiques et sont basées sur les réalités de la campagne népalaise, où l'infrastructure des écoles est faible, les professeurs ont souvent reçu peu de formation pédagogique et où il n’y a presque pas de matériel éducatif. La créativité et l'ingéniosité, l'estime de soi des enseignants et la confiance dans leurs propres capacités et dans les talents des enfants est primordiale, et c'est exactement ce que nous voulons souligner pendant ces sessions.

Paul Beké et Carine Verleye

Merci à tous les gens qui soutiennent CEPP, en particulier un grand merci à SVI Gijzegem et à l'école primaire Saint Vincent Gijzegem.

Si vous appréciez les efforts éducatifs de CEPP, votre contribution sur BE32 2200 7878 0002 au nom de BIKAS est plus que bienvenue. S.v.p. veuillez mentionner ‘Vrienden van Paul en Carine’.
Une contribution de 40 euros vous donne droit à une attestation fiscale.
Au nom des enfants népalais: un grand merci!